Bonjour et bienvenue sur Piluke.com

Question de point de vue

Publié le dimanche 23 novembre 2014 par L'éQUIPE PILUKE.COM

Pourquoi ça ne marche pas ? (2/2)

Le livre numérique n’a pas la cote en France. Et si la raison se trouvait profondément ancrée dans le cerveau des lecteurs, si tout cela ne tenait qu'à l'image que nous nous faisons du livre papier ?


le livre numérique dans tous ses états

Retrouvez la première partie de cet article ici.

La question reste entière. Et s’il s’agissait tout simplement de l’impossibilité de prêter un livre numérique alors qu’il est tellement aisé de le faire avec un livre papier ? Sauf que voilà un argument presque jamais soulevé par les « anti ». Reconnaissons que lorsque l’on songe à passer au livre numérique, la première question que l’on se pose n’est certainement pas de se demander si oui ou non, il sera possible de prêter son livre à son voisin. En clair comme on ne se doute pas de cette impossibilité, il est bien difficile d’opposer cette contrainte comme un frein à l’usage du livre numérique. Mais cet argument n’est pas plus utilisé par les 50 % de propriétaire de liseuses qui disent ne jamais s’en servir pour expliquer pourquoi ils ne sont pas intéressés par le livre numérique. Pourtant eux, ils savent ! Donc…

 

Le livre numérique remplace-t-il réellement le livre papier ?

 

Pour comprendre, peut-être est-il intéressant de s’arrêter quelques secondes sur ce qu’en pensent les gros lecteurs adeptes des deux formats, papier ou numérique. Que disent-ils ? Qu’ils réservent le livre numérique pour les contenus « jetables », entendre qu’ils ne souhaitent ni conserver ni relire un jour, et le livre papier pour le bel objet que l’on conserve dans sa bibliothèque et que l’on sera fier de présenter à un proche pour le partager avec lui.

 

Au passage avez-vous remarqué comme même en dehors de la France, le livre numérique tarde à supplanter le livre papier ? Même avec ses 30 % de part de marché, rien ne permet de considérer que le passage au tout numérique est pour demain aux États-Unis. Alors qu’il n’avait fallu que quelques années pour voir le CD, encore lui, remplacer quasi définitivement le Vinyle et que par ailleurs on peut s’apercevoir que le rayon des CD en supermarché est en nette diminution au profit de la musique au format numérique. Idem pour les DVD soit dit en passant. Pas le livre papier…

 

Le livre reflète notre rapport au monde et notre niveau intellectuel

 

Bien sûr. Mais on ne met pas un CD ou un DVD dans une bibliothèque. Récemment un écrivain me disait que ce qu’il y avait de fabuleux dans son métier, c’était non pas que l’on devienne millionnaire, mais que les gens croient que le fait que vous écriviez signifie automatiquement que vous êtes intelligent. Un livre révèle d’abord et avant tout que vous lisez, que vous faites marcher votre intellect. Un livre que vous lisez révèle bien plus sûrement qu’un CD ou un DVD ce que vous êtes ou n’êtes pas. Bref dans une société qui a hissé la matière intellectuelle bien au-dessus de la matière manuelle, le livre est le symbole de ma culture, de mon intelligence et de ma capacité à penser le monde. Ma bibliothèque est le prolongement de cela. Et je n’expose pas mon livre numérique dans ma bibliothèque.

 

Pourquoi cette explication me paraît-elle la plus à même d’expliquer ce retard à l’allumage persistant du livre numérique dans notre pays ? Existe-t-il un pays dépensant plus d’énergie pour assurer le rayonnement de sa propre culture ? Les États-Unis ? Certainement pas. Ils font du business comme dirait l’autre, rien d’autre. S’il existe une culture qui privilégie l’intellect, le plaisir de la dialectique ou l’analyse critique, la culture française est assurément celle-ci ! Ainsi, sauf à ce que la quasi-totalité de nos concitoyens cesse de lire, le livre papier n’est pas près de disparaître, ni non plus d’être surclassé par le livre numérique. Y compris d’ailleurs dans les pays où le livre numérique a déjà réussi une belle percée.

 

Le livre numérique trouvera sa place en France, mais ce sera une place à côté du livre papier qui restera pour longtemps le vrai symbole d’un intellectualisme plus ou moins assumé.

 

(première partie de l'article ici)


Vous voudrez certainement lire aussi :

Acheter une liseuse pas cher

Baptiste Beaulieu : « Je ne suis pas sûr qu’on écrive toujours pour le lecteur. »

Lecture en berne

Comment se faire aider pour débuter avec le livre numérique

 



Visiteur

Le 29-12-2014 - http://cul…vre-208343
Le CD avait gagné une manche.... le Vinyle est de retour... Back to black et ce sera pareil pour le livre

Piluke.com permet à des écrivains non édités de soumettre leur manuscrit à l'avis de lecteurs sincères et passionnés. Les lecteurs téléchargent le roman, évaluent les livres qu'ils ont lus et Piluke.com propose une analyse détaillée aux auteurs. Pour ceux qui obtiennent le plus de succès, Piluke.com propose de les aider à se faire éditer.